Pedro LOMBARDI

Photographe

Né à Montevideo, en Uruguay, Pedro LOMBARDI vit depuis 30 ans à Paris.

Grand curieux des choses et surtout des gens, son travail de photographe débute par différents reportages (Russie, Etats-Unis, Maroc, Canada, Nouvelle Calédonie).

Indépendant, ses images font l’objet de pochettes de disques et de publications dans la presse et l’édition. Il travaille également avec de nombreuses compagnies de théâtre et de danse, de la plus alternative jusqu’à La Comédie Française.

Le « culturel » et le « social » dessinent sa démarche

Pedro Lombardi photographie la musique, la danse, le théâtre,  et travaille sur des ateliers d’Estime de soi.

« Je me suis intéressé au théâtre, à la danse, au portrait, j’ai fait des photos de femmes sensuelles…  Au fond, mon travail a toujours tourné autour de l’humain, de la rencontre. Ce qui m’intéresse, c’est l’échange, avec les danseurs, les comédiens, les femmes.    Je cherche à saisir l’expression vivante, à me fondre dans la foule pour saisir les attitudes, qu’il s’agisse d’une salle de danse, d’une répétition de théâtre, ou d’un reportage événementiel.»

La musique

Le langage universel de la musique le passionne. Particulièrement sensible par  ses origines et son parcours cosmopolite.

Il engage un travail depuis plusieurs années sur le Candombe, le rythme afro-uruguayen, « pratique collective » qui se transmet de génération en génération.

Exposé entre autres à la Fnac Champs Elysées et au Festival International de Biarritz en 1998.

Le Tango

Tissant toujours des liens entre l’Amérique Latine et l’Europe, il aborde le thème de la danse, à travers le Tango, notamment à Paris en 1998.

Exposition et catalogue à l’Unesco en 1999.

A la fois témoin et acteur : Son approche est à la fois celle d’un esthète et d’un amateur, danseur de Tango.  Il regarde la femme qu’il invite. Dans cette relation se tissent, comme dans la danse, toute la sensualité, la complicité et l’intimité qui font la magie d’un Tango.

Ce travail est aujourd’hui publié dans un beau livre  « Invitation au Tango », dans un film « Invitation au Tango » (Editions du Collectionneur, Paris 2005) et dans la compilation musicale de tangos incluant plusieurs artistes uruguayens “Invitation to Tango” (Wagram Music).

Pedro Lombardi est le co-auteur du film « Tango, no todo es Rock » (Vidéo de Poche Productions, documentaire de 52 mn réalisé par Jacques Goldstein), sorti en mars 2013.

Le Théâtre

En 2009, il publie aux éditions Voix Navigables un travail photographique sur le processus de création de 2 pièces de théâtre de l’auteur Olivier Tchang-Tchong « Le chien de ma chienne » et « Les chiens ne font pas des chats », au sein d’un centre d’accueil de jour de l’Adapt à Paris.

En février 2013 il entame un travail avec l’auteur de théâtre Gabriel Calderón,
pendant les créations de la Trilogie Uruguayenne, avec le directeur Adel Hakim, au Théâtre des Quartiers d’Ivry.

Extraits publiés dans la revue Frictions (Hors  Série n° 5), en mars 2013.

L’humain

Pedro Lombardi développe depuis 2005 une collaboration régulière autour de l’humain.

l’Institut Curie, notamment sur le cancer du sein.

Depuis 2008 il collabore avec l’association Asmae , une ONG de solidarité internationale.

En 2014, il réalise un reportage pour l’ONG Caméléon aux Philippines.
Mise en avant du travail de reconstruction de l’association sur des jeunes filles ayant subi des violences sexuelles. Exposition en France.

Depuis 2010 il développe un travail sur le portrait et l’Estime de soi